LOGO

Accueil > ACTUALITES > VISITE AU BENIN D’UNE DELEGATION DES DOUANES NIGERIANES : PREMIERE RENCONTRE (...)

VISITE AU BENIN D’UNE DELEGATION DES DOUANES NIGERIANES : PREMIERE RENCONTRE DU COMITE TECHNIQUE CONJOINT

lundi 8 mai 2017, par Douanes Benin


Le renforcement des relations bilatérales entre les Douanes nigérianes et béninoises passe par le respect des engagements souscrits de part et d’autre entre les deux administrations sœurs pour un partenariat gagnant-gagnant.
En effet, les 15 et 16 mars 2017, s’est tenue à Cotonou à l’hôtel Novotel Orisha, sous l’autorité du Conseiller Technique aux Affaires Fiscales et Douanières du Ministre de l’Economie et des Finances du Bénin Monsieur Oscar SAIZONOU et du Chef de la délégation nigériane Madame Patience EFERE, la première rencontre du Comité Technique Conjoint entre les douanes béninoises et nigérianes. Cette rencontre fait suite à la visite de travail du Directeur Général par intérim des Douanes et Droits Indirects du Bénin à son homologue du Nigeria les 22 et 23 février 2017.
L’objectif de cette rencontre était d’installer les membres du Comité Technique Paritaire des deux pays, créé conformément aux recommandations du Protocole d’Accord du 23 juillet 2015.
Ladite rencontre a également permis d’évaluer l’état de mise en œuvre du Protocole signé par les Directeurs Généraux des deux administrations douanières, en identifiant les actions stratégiques nouvelles à entreprendre pour une mise en œuvre cohérente et satisfaisante des recommandations.
A l’issue de cette évaluation, les experts sont parvenus à des résultats consignés dans un tableau qui reprend notamment l’échéance d’exécution des nouvelles actions identifiées pour chacune des deux parties. En sus de la mise à jour de la matrice des recommandations dudit protocole, les experts ont formulé de nouvelles recommandations pertinentes ainsi que des perspectives à prendre en compte.
Enfin, dans le but de poursuivre la coopération bilatérale, les administrations des douanes du Bénin et du Nigeria ayant constaté l’engouement des deux directeurs généraux à poursuivre rigoureusement la mise en œuvre des dispositions de l’accord, ont identifié en marge des efforts fournis, certains défis auxquels elles doivent faire face.
A cet effet, au regard des avancées constatées, le Comité a suggéré l’opérationnalisation des différentes mesures préconisées de part et d’autre pendant une période d’essai de trois (03) mois. A l’issue de cette période d’essai, il sera procédé à une période d’évaluation en vue de la correction d’éventuels dysfonctionnements et à la sensibilisation des différentes parties prenantes, notamment celle de la classe politique.
En conclusion, les deux administrations ont aussi proposé que les efforts accomplis par elles soient maintenus pour un plaidoyer efficace auprès de leurs gouvernements respectifs.